• Quel rôle joue la conscience réflexive dans l'accomplissement de soi ?

         Ce texte a été créé à la suite de l'exposé d'Évelyne Berger et de Francine Colette : "Qu'est-ce que l'accomplissement personnel". Évelyne ayant demandé si quelqu'un voulait bien présenter une expérience sur la maladie, j'ai accepté, et vu les débats, j'ai proposé d'écrire un texte présentant la conscience réflexive qui est le moteur de l'accomplissement personnel.

         Mais avant d'aborder cette conscience, définissons ce que sont les mondes extérieur et intérieur, connais-sance nécessaire à la compréhension de ce qu'est la conscience réflexive.

    Le monde extérieur désigne tout ce qui est concret et extérieur au corps humain. Ce monde nous est offert, en état de veille, car perçu par nos cinq sens. En font également partie l'anatomie et la physiologie de notre corps dont les sensations pénètrent dans le champ de la conscience (mal au genou, au ventre... ; avoir faim ou soif, avoir la sensation d'étouffer, l'envie de pleurer...). Ici les pensées sont évidemment intérieures à l'esprit mais ce qu'elles représentent sont bien à l'extérieur de celui-ci, d'où le nom.

    Le monde intérieur désigne l'esprit humain, spirituel par essence, immatériel et incorporel. Ce qualificatif de spirituel, comportant deux acceptions, couvre deux réalités de la vie : la première représente le principe pensant en général, à savoir la vie psychique, c'est-à-dire les vies affective et intellectuelle, c'est la partie consciente du psychisme. La seconde représente la partie inconsciente du psychisme et la nature intime de l'être humain (son âme pour les chrétiens). Ce second monde est ce qu'il y a de plus profond dans l'esprit humain, de plus secret aussi. Pour preuve le contact avec lui n'est ni direct, ni spontané car il n'est pas perçu, comme le monde extérieur, par des sens spécifiques. Il faut aller le "chercher". Monde intérieur car les pensées le concrétisant sont de toute évidence intérieures à l'esprit et les objets* de ces pensées sont cette fois également intérieures à l'esprit puisqu'elles traitent du contenu de l'esprit lui-même. Ce monde ne devient intelligible que grâce à la conscience réflexive et à l'intelligence. La plupart des gens n'entrent plus en contact avec le monde intérieur du fait de l'influence du matérialisme primaire* dans lequel nous fait vivre la société actuelle, matérialisme qui n'a rien à voir avec les doctrines matérialistes de la philosophie.

    *Objet = pensée présente dans la conscience sur lequel le sujet* porte son attention pour effectuer des opérations de l'esprit.

    *Sujet = être pensant utilisant les mécanismes de pensée pour effectuer des opérations de l'esprit sur l'objet de pensée.

    *Matérialisme primaire : état d'esprit caractérisé par la recherche des jouissances, des biens matériels et de l'argent, qui se contente des aspects extérieurs, de la partie superficielle des êtres ou des choses.

     

    La nature a doté l'homme de la potentialité qui suit, qui traduit où nous en sommes dans notre évolution spirituelle. Il s'agit de rayonnements qui renseignent sur l'intensité des énergies émises par l'être humain traduisant les différents niveaux de vie atteints par lui. Cette potentialité se nomme l'AURA qui est la manifestation lumineuse des sept corps le constituant. Le premier étant le corps physique, il sert de base aux six autres corps dits subtils, s'emboitant à la façon des poupées russes, qui se manifestent chacun par un halo de lumière. Ces six corps, invisible à l'œil nu, sont en partant du corps physique : l'aura éthérique ou aura vitale qui décrit la vitalité physique du corps humain et donne des indications sur la gestation des maladies ; l'aura astrale ou aura émotionnelle qui décrit l'état émotionnel de l'individu ; l'aura mentale qui traduit l'activité mentale consciente de l'être humain (un mental bien structuré est déjà un beau résultat pour l'accomplissement de SOI) ; l'aura causale nous met en rapport avec le monde des causes premières, lesquelles font de l'être humain ce qu'il est. Les trois dernières auras traduisent la vie psychique : le MOI conscient et le MOI inné (connaissance du caractère, du tempérament, des aptitudes, des dons...) pour l'aura mentale, le MOI profond ou inconscient personnel et les déterminations générales (la conscience, la volonté, la mémoire, l'intuition,...) de la race humaine pour l'aura causale. C'est là que s'arrêtent la plupart des démarches d'accomplissement. La conscience réflexive, l'intelligence de la raison et celle du cœur sont très impliquées dans cette démarche. Les deux dernières : l'aura de vitalité divine et l'aura d'esprit divin sont le résultat d'une extraordinaire montée en puissance des énergies d'amour, d'abnégation et de volonté. La dernière conduit à la sagesse des hindous, des bouddhistes, des mystiques, des soufis... Mais pour extraire cette potentialité de sa latence, il faut l'avoir découverte, connaître son existence, en avoir compris l'importance : elle renseigne sur la qualité de nos deux vies spirituelles, et avoir le désir et la volonté de s'engager dans ce chemin malaisé de découverte et d'approfondissement de la connaissance de notre être intérieur, source de l'accomplissement de soi.

    D'ailleurs ce qui précède a été pressenti de longue date. HEGEL a compris que « la maxime du  connais-toi toi-même n'a rien à voir avec une simple invitation à l'étude du caractère et du tempérament de l'individu par lui-même, mais qu'elle constitue un appel à un effort de réflexion pour parvenir à une connaissance de ce qu'il y a d'essentiellement vrai en l'homme ». Hegel ajoute : « la tâche de se connaître soi-même, imposée aux Grecs par l'oracle d'Apollon doit être considérée comme une loi absolue de l'esprit lui-même ». Quant à JUNG il a écrit que l'être humain doit libérer son esprit des maladies psychologiques qui entravent son évolution, et que la connaissance de la vie intérieure doit être la recherche essentielle de toute une vie.

     

    Maintenant venons-en à la conscience réflexive. Cette conscience est la plus essentielle pour réaliser l'accomplissement de soi au delà de l'aura mentale. Elle est à la fois :

    - primo, conscience de second niveau des consciences de premier niveau (conscience psychologique, morale, collective...). La conscience réfléchie "travaille" pour toutes les consciences de premier niveau. La conscience réflexive a pour mission, pendant l'élaboration des pensées par la conscience réfléchie ou pendant l'accomplissement des actes du sujet par cette même conscience, de contrôler les opérations de celle-ci, et même de corriger ses pensées et ses actes en cours d'exécution. Autrement dit le sujet fixe en même temps son attention élargie sur l'objet de pensée de la conscience réfléchie et sur l'objet de pensée de la conscience réflexive. On aperçoit son utilisation, par exemple chez les hommes politiques quand ils prononcent un discours et qu'ils ne veulent pas commettre d'impairs en parlant. Ils sont automatiquement amenés à parler plus lentement car ils exécutent deux opérations de l'esprit de niveaux différents, la première, de premier niveau : parler ; la seconde, de deuxième niveau, contrôler les mots que l'orateur emploie pendant qu'il prononce son discours (ce qui évite de faire des lapsus par exemple).

    - deuzio, conscience exclusive de la partie inconsciente du psychisme et de la nature intime de l'être humain. La conscience réflexive n'a aucun contact avec le monde extérieur, toutes ses opérations se produisant dans l'esprit, c'est la seule conscience qui a le pouvoir de pénétrer à l'intérieur de l'esprit humain pour atteindre : 1. la partie inconsciente du psychisme qui dissimule entre autre le moi inconscient  (caractère, tempérament, aptitudes,...non découvertes), les déterminations particulières de l'être humain (type d'intelligence, type de sensibilité, la conscience, la raison, l'intuition...) et les maladies psychologiques contenues dans l'inconscient personnel ou le ça de Freud, etc. 2. La nature intime qui cache les caractères généraux spécifiques : l'amour (aimer quelqu'un et non quelque chose), les principes fondamentaux de la morale, l'aura... La nature demande, avant de pouvoir pénétrer la nature intime de l'être humain, de se libérer des problèmes psychologiques importants qui entravent la vie, qui empêchent de la développer. La conscience réflexive ne peut pénétrer l'inconscient du psychisme qu'à partir de la prise de conscience de signaux émis par cette entité (lapsus, rêve, comportements anormaux, résistances,...). Ces signaux atteignent le champ de la conscience sans toutefois franchir un seuil d'intensité suffisant à partir duquel la conscience réflexive peut les saisir et les amener à la claire conscience. Sauf si le sujet fait intentionnellement attention à ces signaux et les capte, point de départ de la recherche des causes des maladies psychologiques. Toutes choses aidant à libérer l'esprit et parvenir à l'accomplissement de soi.

    La conscience réflexive ne peut fonctionner que si l'humain a le désir et la volonté de se découvrir, de ne pas vivre exclusivement dans le monde extérieur. Pour mettre en œuvre cette conscience il devra s'impliquer pleinement dans cette réflexion particulièrement profonde.

    Ce qui précède atteste que cette conscience réflexive est primordiale à l'accomplissement de SOI pour peu que l'être humain ait de l'ambition pour lui-même, non pas pour réussir dans la société et risquer de vivre dans l'illusion, mais pour réussir sa vie intérieure et vivre authentiquement sa vie.

     

    « La médiation, succédané de justice ou approche originale pour la résolution de conflits ?CR de la réunion du 9/10/2010 sur la médiation »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :