• Les mystères de la science et de la vie

                                        Les Mystères de la Vie et de  l’Univers.

     

    Dans le dictionnaire Larousse, au mot Mystère :

    1. Ce qui est incompréhensible, caché, inconnu.
    2. (Religion) Vérité de foi inaccessible par la seule raison humaine, et qui ne peut être connue que par une révélation divine.

     

    Dans la Vie et l’Univers qui nous entourent, il y a donc une partie connue, accessible à la raison humaine, et une partie inconnue. Commençons par décrire, en moins d’une page (!), la partie connue, celle qui nous est livrée par la Science (ce mot vient du latin scire, savoir) .

     

    Que savons nous de l’Univers ?

    Qu’il est formé de milliards de milliards d’étoiles, elles mêmes organisées en galaxies ; notre étoile, le soleil, fait partie de la galaxie « voie lactée », qu’on voit bien la nuit. Notre Terre n’est qu’un morceau d’étoile refroidi, émis par le soleil il y a environ cinq milliards d’années. Les étoiles baignent dans un gaz raréfié, ou encore une «  matière cachée », dont la détection est difficile et qui contient la majeure partie de la masse de l’univers.

    Tout cet ensemble est en expansion : on s’est aperçu il y a environ 80 ans, que les étoiles s ‘éloignent presque toutes de notre Terre, à des vitesses d’autant plus grandes qu’elles sont lointaines. Ceci ne peut s’expliquer que si l’univers est en expansion, un peu à la façon d’un ballon qu’on gonfle; on est capable de calculer la vitesse de cette expansion : tout se passe à peu près comme si l’Univers était extrêmement petit il y a une quinzaine de milliards d’années, et extrêmement chaud (des milliards de degrés), et grandissait régulièrement avec le temps tout en se refroidissant.

    Enfin, nous savons que seules trois forces différentes régissent les lois de l’univers :

    1.La force gravitationnelle, celle qui fait chuter les corps qu’on lâche.

    2.La force électro-magnétique, qui produit la lumière et le tonnerre ; elle explique aussi la radioactivité. Elle est abondamment utilisée aussi bien par l’homme : télé, machines à laver, trains, etc…,  que par la nature (forces entre atomes, éléments de base de la matière, de la taille d’environ un dixième de millionième de millimètre) : chimie, biologie, etc…

    3.La force nucléaire, qui permet les centrales du même nom (ainsi que les bombes atomiques !). On a déjà trouvé des points communs à ces deux dernières forces.

     

    Que savons nous de la Vie ?

     Les organismes vivants sont tous faits principalement d’ atomes  de carbone (charbon), d’oxygène, d’hydrogène, d’azote et de phosphore. Ces atomes s’organisent en chaînes très compliquées en forme d’hélice : l’ADN. La Vie, c’est une combinaison de chaînes compliquées comme l’ADN, et d’éléments plus simples, comme l’eau. Il y a l’infiniment petit, l’infiniment grand, il y a aussi l’infiniment compliqué !

    Les premières cellules vivantes, de type végétal, sont apparues  il y a environ  trois milliards d’années sur la terre ; ce sont ces cellules  qui ont provoqué l’oxygène de l’air, en absorbant du gaz carbonique et en rejetant de l’oxygène.  Puis les « espèces » se sont compliquées au fur et à mesure de l’évolution,  sont apparues les plantes d’abord (environ 1 milliard d’années), ensuite les animaux (500 millions d’années), qui , eux, absorbent l’oxygène et rejettent le gaz carbonique ;  puis parmi les animaux sont apparus les mammifères (mammifère=qui porte des mamelles), dont la spécificité est que la femelle porte en elle l’œuf fécondé, ce qui n’est pas le cas des oiseaux par exemple.  Enfin l’homme est apparu il y a deux ou trois millions d’années. Nous avons déjà parlé des différences entre l’Homme et l’Animal.

     

    Derrière ce résumé se cachent les observations de milliers de chercheurs qui,  pendant plusieurs siècles, ont proposé des « modèles », pour tenter d’expliquer des observations non comprises. Par exemple, Newton a proposé son modèle de « gravitation universelle » (les corps s’attirent mutuellement par une force proportionnelle à leur masse et décroissant avec leur distance) pour mieux expliquer les mouvements de certaines planètes autour du soleil. De ce modèle, devenu une loi, ont pu être déduits les mouvements de toutes les planètes, jusqu’à de très grandes précisions.

    Le cas de Newton est le cas d’une « théorie » réussie. La pratique de la Science est rarement aussi favorable que cela, et avant d’arriver à une solution incontestable, le nombre d’échecs est parfois plus important que le nombre de réussites . Le Scientifique doit donc vérifier minutieusement son modèle avant de le publier, et, s’il voit une faille, reconnaître que la réalité n’est pas ce qu’il croyait ; sinon, il risque de se ridiculiser. C’est cela la pratique scientifique, un mélange d’intelligence, d’imagination et d’enthousiasme, mais aussi de prudence et d’humilité devant la réalité; elle peut s’appliquer à d’autres secteurs de la Vie !

     

     On le voit, la Science explique beaucoup de choses... Mais elle n’occupe pas tout le terrain : ce qu’on sait est et sera toujours limité. Par exemple, la science n’expliquera jamais pourquoi il y a quelque-chose plutôt que rien, et pourquoi nous sommes là…

     

     Là où la science est et sera toujours muette, là règne le Mystère. Ce Mystère peut être ignoré, ou bien on peut choisir de lui donner une solution, non démontrable sinon ce serait de la science. C’est le cas des religions, dont les trois principales, en nombre d’adeptes,  sont : le Christianisme, l’Islam , toutes deux issues du judaïsme, et le Bouddhisme (qui est une religion sans Dieu).

    Les religions ne doivent évidemment pas empiéter sur le domaine scientifique, et être contradictoires avec la science. Par exemple, Galilée a été condamné en 1633 par l’Eglise Catholique, pour avoir prétendu que la Terre tournait autour du soleil et non pas l’inverse ; et « pourtant elle tourne ! », disait il, et il avait raison . Autre exemple plus actuel : croire aux martiens est condamné à l’échec , il n’y a pas de vie sur Mars, la Science nous le dit.

     

     La « Foi » est donc un « modèle », non démontrable, que l’on a pour expliquer ce à quoi la science ne touche pas et ne touchera sans doute jamais. La Foi est un avant tout choix de vie.

     

    Quel avantage a ce choix ? Il donne un sens et un cadre à la vie. Sur lui on peut bâtir une morale, un mode de relations entre les hommes.

     

    Ce choix est il nécessaire ? Sans doute pas. Il faut alors une bonne ‘température de vie’. Les études scientifiques, littéraires,…, ce fameux « jardin à cultiver » (Voltaire), sont une solution. Citons aussi l’Art, le sport  et les autre langages universels, dont la pratique ou même seulement la contemplation, donnent des satisfactions très vives. Quant à la morale, elle peut être empruntée aux religions sans qu’il y aie adhésion formelle à elles.

     

    Ce choix peut-il être imposé à une personne ? La réponse est clairement non, en tous cas dans notre société Française. Depuis plus de cent ans, et après de sanglants épisodes de contrainte et de guerres de religion, la France s’est engagée sur le chemin de la laïcité : tout citoyen a le devoir de respecter la foi de son prochain (si du moins elle reste dans le domaine des lois de la République, ce qui n’est pas toujours le cas des sectes) ou son absence de foi, et de se garder de lui imposer quoi que ce soit. Bien entendu, la discussion reste permise, heureusement !