• Compte-rendu du débat du 3 décembre 2016 « Peut-on se réaliser à notre époque ? »

    Compte-rendu du débat du 3 décembre 2016

    19 personnes ont assisté au débat introduit par Daniel Soulat, ce 3 décembre 2016, débat dont le sujet était :

     « Peut-on se réaliser à notre époque ? »

    A propos de l’influence et du regard des autres il a été répondu que les autres ne sont pas toujours aptes à décider de notre propre réalisation car l’important est de se réaliser en harmonie avec soi-même, avec sa propre vision de vie, d’être cohérent avec soi.

    Se réaliser ne veut pas dire être célèbre, une célébrité mal vécue peut conduire à la dépression, voire au suicide.  

    La vie est faite de hasards, il faut parfois savoir bifurquer et prendre d’autres voies que celles que l’on avait choisies initialement. 

    Cesbron a écrit dans « c’est Mozart qu’on assassine » : Les études, la connaissance, sont les meilleurs remparts contre la pensée unique. Les pressions sociales entravent l’homme dans ses décisions. 

    « Les autres sont le miroir de mon âme » déclarait Platon et donc font partie du jeu. Narcisse se perd dans la contemplation de son être.  

    Aspects « psychanalytiques » 

    Une première partie du débat a été consacré au thème de l’identité : le MOI c’est l’EGO. Etre moi, ce n’est pas être quelqu’un d’autre ; la recherche de sa propre identité est parfois difficile, car il arrive que certains, insatisfaits d’eux-mêmes, se forgent dans  un personnage et ne deviennent jamais une personne  ce qui conduit à une forme d’imposture dans laquelle l’égo, c’est-à-dire le MOI intime court à la perdition.

    Se réaliser grâce ou malgré tout dans la société.

    La société est supposée, en démocratie, vous aider à vous réaliser, par l’école, et par l’éducation des parents (le texte l’affirmait). « Nous sommes des produits pédagogiques semi finis qui doivent mener seuls notre production à terme ».   Cette société peut pousser ses actions un peu trop loin : dans les maternelles il y aurait des recruteurs qui viennent pour sélectionner des futurs athlètes pour les futurs JO.  

     Cependant, on entend souvent : « c’est la faute de la société », et J.J Rousseau écrivait : « l’homme naît bon, la société le rend mauvais ». Et comment la société peut-elle être bonne si l’homme est mauvais ?  Oui, mais l’Homme est-il mauvais ? Et n’est-il pas possible pour un Homme mauvais de devenir « bon » ? Par exemple, dans le monde de l’entreprise et dans la politique, les qualités qui permettent de gravir les échelons ne sont pas les mêmes que là où l’on est (principe du seuil de l’incompétence de Peter), on peut être bon à un échelon et mauvais dans l’échelon suivant, c’est le principe de Peter. « Mauvais » serait dans le sens du manque de considération par rapport aux autres.  Une des entraves au fait de se réaliser, ce sont les inégalités et les classes sociales auxquelles on appartient, ce qui amènent des difficultés supplémentaires et des manques d’égalité des chances. Donc les choses ne sont pas simples, mais la nature nous a équipés de facultés qui permettent de se construire : ‘la conscience’, ‘l’attention’, ‘la volonté’ elles permettent de corriger de ce que l’on est. 

    Cependant,  nous avons la liberté en démocratie de ne pas accepter le mauvais de la société, notamment grâce à l’esprit critique. 

    Dans le même ordre d’idées,  une équipe de collègues peut vous aider à vous réaliser, comme par exemple au football, ou dans une religion (oui, mais laquelle ?), 

      

    « Deviens ce que tu es »(Pindare) ou « tu es ce que tu deviens» 

      

    Citation de Sartre du texte d’introduction «  l’homme se définit par ses actes » a été beaucoup commentée et trouvée opposée à celle de Pindare. L’Homme se construit petit à petit au cours de sa vie, en réaction aux évènements ou au simple hasard. Prenons par exemple les résultats aux élections des primaires de la droite et du centre : un des candidats est devenu en quelques jours, un personnage très important, alors qu’il était auparavant  ‘Mister Nobody’.  

    L’Homme est un animal social.  On naît et on évolue nourri par la motivation, et la responsabilité de sa vie. La question a été posée : qu’est-ce que se réaliser ? La pyramide de Maslow  parle, pour son plus haut  niveau du besoin de l’accomplissement de soi. 

    S’accomplit-on  par la peinture,  la sculpture ?  Oui, mais cela peut aussi se faire plus simplement par l’exécution ponctuelle d’un humble métier comme balayeur, qui permet d’élever ses enfants…Tout cela dépend d’ailleurs de la génération humaine : l’homme de Neandertal devait se réaliser avec la chasse  aux mammouths. On peut aussi, plus tranquillement,  « suivre son petit bonhomme de chemin ». On peut s’aider en « analysant ce que je suis et ce que j’ai été, cela fait naître ce que je deviens ». « On est auteur de la conduite de sa vie par nos comportements et convictions, on est acteur de ses réalisations par des choix et décisions, on est lecteur de son passé ». 

    Progresser, Progresser ! 

    L’important c’est de progresser, voir où on peut aller découvrir ses talents ses dons, mettre en cohérence ses actions avec ses pensées ; se remettre en cause si plusieurs personnes ont le même avis négatif sur soi. Le plaisir ne fait pas progresser ; grâce au merveilleux de la retraite on engage plusieurs actions dans différents domaines. Alors que lorsque  j’étais au travail, mes  possibilités de progrès  pour se réaliser étaient limitées, l’environnement le milieu facilitent ou empêchent. Il est prudent d’avoir une ou des activités annexes ;  rester debout en cas de difficultés. L’important étant de ne pas perdre son temps. 

    Phénomène de notre époque : l’important pour moi c’est de ne pas perdre mon temps. 

    L’identité personnelle est un des éléments issu de la construction de soi. 

    Le fait de dire que tout le monde est à même de se réaliser est une utopie. 

    Identité et utopie pourraient faire l’objet deux débats ultérieurement.  

     

    « LA SAGESSE EST-ELLE INNEE, SINON COMMENT LA CULTIVER ?Compte-rendu du débat du 10 Décembre 2016 sur « La sagesse est elle innée ?». »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :