• Compte-rendu du 2 juin 2012 : ...tyrannie de la vitesse.

    Notions du temps : le temps n’est que présent, être présent à soi même, le temps est relatif à chaque personne. Nous ne vivons que dans le présent, mais l’expérience du passé permet d’anticiper l’avenir. La citation « placez votre main sur un poêle une minute et ça vous semble durer une heure. Asseyez vous auprès d’une jolie fille une heure et ça vous semble durer une minute. C’est ça la relativité.        A.Einstein

     

    Mesure du temps : déjà chez les Mayas il y avait des calendriers. Des horloges ont été installées sur les églises pour organiser les prières et rythmer la journée. Au niveau du travail le temps est mesuré pour améliorer la productivité. Voir le livre de J Attali « histoire du temps » calendrier période guerre / paix et fêtes, nécessité pour l’agriculture, mesure du temps pour les bâteaux.

     

    Rapport au temps : avant, le rapport au temps était plus lié aux saisons et à la nature. J’ai deux jumeaux, ils n’ont pas du tout le même comportement par rapport au temps de par leurs occupations. On n’est pas coupable si on ne fait rien. Beaucoup de gens se plaignent de ne pas avoir de temps. Se poser la question du temps, c’est avoir une idée d’éternité. C'est le recul que nous prenons par rapport au temps dans lequel est plongé tout vivant, la réflexion sur ce qu'il peut y avoir quand le temps n'est plus, qui est la fenêtre sur l'éternité.

    Pourquoi apprendre à s’ennuyer, je préfère avoir des envies pour occuper mon temps, par contre il est impératif de retrouver son rythme.

     

    Maîtrise du temps : pour certains on peut être maître de son temps, à la fin de la journée on se dit « mais qu’est-ce que j’ai donc fait et on est épuisé », au travail on court toujours après le temps. S’ennuyer ok mais on ne laisse pas les enfants s’ennuyer, on a une vie de dingue. Avec l’anticipation on a l’impression de maîtriser sa vie, mais pas du tout car la vie nous réserve des surprises, il faut apprendre de la vie. Nous avons tous le même temps, chacun de nous est libre de s’occuper différemment, sauf si on se soumet à une autorité (parents, professionnelle). L’homme d’action est valorisé, l’inaction dévalorise, le temps est important pour la rentabilité. Certains considèrent avoir le pouvoir d’agir sur le temps des autres.

     

        --> dépend de la catégorie des individus, exemple : retraité, actif, hommes, femmes.    

        --> mais tout le monde souhaite-t-il rentabiliser son temps ?

        --> manque de pondération et de hiérarchisation des activités (importance et urgence).

     

     

    Incidences du temps : le temps (durée, âge) agit sur le physique des individus, il y a des moyens pour les gommer. Le temps (durée, âge) agit également sur la prise en compte des évènements.

     

    Vitesse : on va très vite, mais pour aller où ? Envie de tout voir et tout connaître donc on va vite. Les média entretiennent la dictature de l’immédiateté notamment avec des micro évènements. Ce n’est pas le rythme de l’information qui s’accélère, c’est le champ d’informations qui s’accélère. Pour moi le problème c’est comment utiliser tout le potentiel que j’ai, ayez un agenda. La vitesse est valorisée, pourquoi ne pas valorisé la lenteur (spiritualité) ? On vit tous les mêmes moments à la même vitesse, par contre on ne les vit pas de la même façon.

     

        --> Organisation des activités dans le temps, utilisation du potentiel.

     

    Incidences de la vitesse : concurrence et compétition. C’est un atout d’être avant les autres, exemple les traders avantage concurrentiel sur les marchés. La vitesse des calculateurs permet d’obtenir des résultats plus rapidement, par contre le temps de réflexion personnelle nécessaire est le même. La compétition conduit à aller de plus en plus vite. Dans la recherche scientifique il y a de la pression pour sortir des résultats. Nous avons plus parlé de la quantité de ce qui est fait sans parler de la qualité.

     

    Conclusion : le don d’ubiquité (être partout en même temps) est le cliché de l’homme moderne, mais ne serait il pas nulle part ? Si le rythme des évènements s’accroît, nous proclamons que c’est la vitesse même du temps qui augmente, il s’agit là d’un raccourci trompeur. Ce n’est pas parce que la durée qui nous est nécessaire pour faire telle ou telle chose est de plus en plus brève, que le temps lui-même va plus vite.        Etienne Klein CEA.

     

    Le phénomène d’être maître de son temps (durée) n’est pas lié à notre temps (époque), puisque Sénèque en parlait déjà dans sa lettre à Lucillius, mais les temps n’ont-ils pas changés avec la vitesse ?

     

                                                                                                                       Daniel SOULAT


    « La tyrannie de la vitesse serait-elle un phénomène de notre temps ?Qu'est-ce que le travail ? »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    eg
    Dimanche 17 Juin 2012 à 08:30

    Bonjour,
    Je viens vers vous  pour vous demander si vous pourriez nous aider à communiquer sur notre appel à soutien pour le film "le printemps de Hanamiyama" Je vous laisse lire sur mon blog l'article que je lui ai dédié, et vous remercie pour l'éventuel intérêt que vous pourriez lui trouver. Très bon week end à vous!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :