• C.R. du 6 Oct.17 Le pouvoir des médias représente-t-il un atout ou un danger pour la démocratie ?

    Le pouvoir des médias représente-t-il un atout ou un danger pour la démocratie ?

     

    20 personnes présentes ont émis 24 commentaires et la conclusion du café débat.

     

    I/S’agissant de la démocratie, (mot composé du grec "demos", le peuple "qui habite la cité" et du grec "kratos", celui qui est fort, puissant, au sens de celui qui est "capable de gouverner"), le domaine d’informations des médias traité est principalement celui qui concerne la politique. L'étymologie du mot politique vient du grec"politikè" qui signifie : science des affaires de la Cité. La politique est donc l'organisation de la Cité ou de nos jours l'État. Par conséquent les informations liées aux sports, aux loisirs, la santé … n’ont pas été débattues.

    II/ Les propos tenus ont principalement été orientés sur les dangers et les critiques, puisque la question d’emblée a été posée ‘de quels dysfonctionnements parle-t-on ?’. On peut les structurer de la manière suivante :

     

    II-1/Critiques des médias centrées sur leur fonctionnement industriel :

    Les médias appartiennent à des grands groupes, 10 milliardaires se partagent le gâteau, ce qui conduit à un manque d’objectivité établi par une impartialité subjective, pouvant aller dans certains cas à une théorie du complot.

    Leurs objectifs est la course à l’audience. Avoir de l’influence, en ayant prise sur des décideurs politiques, mettre un pied dans l’opinion, garder la main mise sur la commande de sondages, brider les investigations.

    Il a été fait état de "marronnier ": Un marronnier en journalisme est un article ou un reportage d'informations de faible importance meublant une période creuse, consacré à un événement récurrent et prévisible. Les sujets « débattus » dans un marronnier sont souvent simplistes, parfois mièvres.

    Peu de médias sont indépendants financièrement, tels La Croix, le Canard enchaîné.

    Les médias perçoivent des subventions de la part de l’Etat.

     

    II-2/ Critiques centrées sur les journalistes :

    Les journalistes relatent des faits selon leurs opinions, un bon journaliste devrait être honnête pour faire un bon média. Les journalistes ont toujours la faculté de laisser poindre leurs opinions, la frontière est floue entre informer et expliquer, ce dernier volet donne lieu à des dérives, pour un même fait leurs commentaires sont différents selon les journaux.

    Notre temps est limité, les médias souhaitent capter notre attention. Les journalistes sont des otages des fabricants de buzz, au sens rumeur. Certains journalistes cherchent à développer le désordre.

     

    II-3/ Critiques centrées sur la médiacratie (pouvoir qu’exerce les médias au sein de la société, souligne leur influence sur les trois autres pouvoirs).

    Les médias ont la capacité de créer un évènement à partir d’un non évènement, c’est la démesure des médias, tout se passe comme s’ils avaient besoin de prouver leur force en créant quelque chose à partir de rien.

    L’affaire Fillon « nous a bassiné », il n’y a pas eu de campagne présidentielle. L’Etat est maltraité par les médias,voire caricaturé.

    Les médias des départements ou des régions sont moins à l’affut du scoop. Entre le bien et le mal,  c’est le mal qui est souvent relaté dans les médias.

    Le pouvoir des médias est relatif, on écoute ou on n’écoute pas, les guignols de l’info à la TV et les humoristes ont un pouvoir très important. On ne serait pas manipulés comme on le pense. Les médias véhiculent la pensée dominante, ce qui conduit à un esprit grégaire (penser ce que tout le monde pense, obéissance de l’individu à la masse de manière aveugle et sans réflexion). Le principal pouvoir des médias c’est d’orienter les réflexions, d’endormir la pensée de chacun d’entre nous, pour éviter de penser aux réels problèmes. Le pouvoir des médias c’est nous qui leur donnons, c’est aux gens de sélectionner leurs canaux d’information ou spectacles. Question qu’est-ce que cherchent les gens, ils cherchent « à être dans le bain » sentiment d’unité. Pour avoir une information correcte, il y a plusieurs sources d’informations : certaines émissions de radios, les émissions de TV bien faites et informatives (hélas en général en deuxième partie de soirée et/ou sur de petites chaines), les livres, certains films (ex "le capital" de Costa Gavras), les recherches sur Internet, les rapports parlementaires, certains débats qui peuvent être très utiles. La finance mondiale est le chef d’orchestre des gros médias. Bon nombre de ces derniers véhiculent la pensée unique "il n'y a pas d'autre voie que la mondialisation de concurrence dure". Le quatrième pouvoir souffre d’un mal : le cinquième pouvoir qui n’existe pas (serait de moins en moins vrai grâce à Internet).

    Questions : qu’entend-on par opinion et diversité, n’y a-t-il pas plusieurs peuples ?

     

    Question : comment juger les médias, à cette question il a été mentionné l’organisme ACRIMED Action CRItique des MEDias, à étudier car peut connue. Sur Internet il y a la liberté d’expression mais il n’y a pas de limite (ex : il y a certains propos racistes, xénophobes), il peut y avoir aussi de la désinformation.

     

    II-4/ Critique sur le traitement de l’information

    Rappels : l’information est devenue une marchandise, qui obéit à des contraintes de rentabilité. Elle entre dans des programmes où elle côtoie des désirs d’influence, la conquête incessante des parts de marché. Les risques sont d’aller dans le sens de la propagande, on peut noter aussi l’influence des publicités.

    Nous sommes matraqués par les médias, bien souvent ils utilisent un titre accrocheur mais l’article est creux. Toute communication est une manipulation, aujourd’hui on est saturés d’informations, il n’y a pas d’information parfaite. Les subventions de l’Etat pour la presse ne doivent pas être arbitraires.

    Lorsque l’on va chercher une information, nombre de personnes ont tendance à aller chercher une information qui se rapproche de leur opinion (croyance), (cela s’appelle biais de confirmation).

    On n’a pas le temps d’approfondir ce que disent les médias, alors que la justice prend le temps pour que la vérité émerge.

     

    Lorsqu’il y a eu le passage aux 35 heures, j’avais du mal à comprendre. Internet on y trouve de tout et n’importe quoi, c’est devenu le café du commerce, où certains consommateurs abusent des petits blancs. Ce que disent les médias c’est l’écume de l’information, c’est pour cela qu’il faut aller chercher des informations dans différents rapports parlementaires.

    Sur Tweeter il y a énormément de déclarations d’opinions dangereuses.

     

    III/ Démocratie et médias

    La France serait mal placée dans le tableau de classement des pays démocratiques, les médias véhiculent la pensée dominante.

     

    La démocratie est influencée par les médias qui ont le pouvoir de masquer les problèmes essentiels, et manipuler notre pensée.

     

    A ce propos, il a été rappelé ce que le Général de Gaulle voulait l’élection du Président de la République au suffrage universel, en premier lieu pour lui donner plus de légitimité, mais aussi pour empêcher les manipulations comme c’était le cas sous la IV e République. De Gaulle estimait qu’il était plus difficile de manipuler des millions d’électeurs que quelques centaines de députés et sénateurs. Les réseaux et groupes de pressions ont réussi à reprendre la main et manipuler ces millions d’électeurs depuis les années 1970.

     

    IV/ Conclusion : l’urgence est de préserver le véritable métier de journaliste.

    Comme il a été fait état de plusieurs critiques, cela donne matière à ce sur quoi il faudrait réfléchir, à ce qu’il faudrait faire, et d’être relayé par un « Zola » du XXI e siècle, au sens de « J’accuse ». Le rôle démocratique des médias est à redéfinir, à défaut ils seront balayés, et la démocratie y perdra tout.

                                                                                Daniel Soulat, avec l'aide de participants

    « Sur quels critères doit-on choisir son conjoint?C.R. du 21 Octobre 2017 Sur quels critères choisit-on son conjoint ? »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :