• C.R. du 27 Mars 2021. l'esprit s'oppose-t-il au coeur?

     

     

      C.R. personnel du 27 Mars 2021 L’esprit s’oppose-t-il au cœur ?

     

                                  C.R. rédigé par Benoît Delcourt.

     

         La question du titre a donné lieu à de nombreuses critiques et  reformulations, et aussi à de nombreux  commentaires anatomiques. Une autre question, pas du tout envisagée dans le texte d’introduction mais bien dans le sujet : le corps (et non le cœur) peut-il dominer l’intellect, comme dans le cas de la douleur. Enfin on a parlé de l’éducation, dans ce qu’elle apprend à dominer ses émotions.

     

                                                            Critiques et reformulations.

     

     

     

                Certains ne voient pas du tout l’intérêt du problème posé dans le titre de l’introduction : l’être humain a bien un cœur et un esprit, mais il est un et donc il est inutile de séparer son cœur et son esprit. Certains commentaires parlaient  du « care », d’ »avoir du cœur » et même d’ « avoir bon cœur », ce qui relierait le « cœur «  avec la moralité.

     

                Le texte d’introduction décrirait l’opposition, dans l’amour de Roméo et Juliette, la différence entre le « Cro-Magnon » et le « Néandertalien ».

     

               Il a été beaucoup été question des émotions, celle qui vous font battre le cœur, par un phénomène nerveux que l’on connaît mieux que ce qu’en disait le texte d’introduction. Le Roméo du texte d’introduction, serait trop rationnel , et Juliette a eu raison de le quitter : une personne rationnelle ne pourrait avoir des émotions, et les scientifiques seraient bien souvent psychorigides, incapables d’émotions. 

     

        Les médias nous vendent, en plus de l’actualité, des émotions, car ils doivent attirer les spectateurs pour survivre. Il y a même des cas où une personne joue sur les émotions du public pour monter en grade ou gagner des grosses sommes d’argent: ce n’est alors plus de l’information, mais de la manipulation. Cependant, il n’est pas obligatoire de se laisser piéger par ce jeu sur l’émotion, et il existe des médias qui informent honnêtement, à chacun de savoir les détecter.

     

         Pour ce qui est de l’information sur la Covid19, il ne manque pas de personnes sachant exactement ce qu’il faut faire, et ce sont bien souvent soit des menteurs, qui changeront d’ailleurs d’avis mais seront toujours aussi péremptoires, soit des ignorants.

     

    Les émotions peuvent parfois être partagées par un groupe, que ce soit une famille, ou les employés d’une entreprise, ou… le café-débat, ou encore une équipe sportive : l’émotion peut alors être très constructive.  Mais elle peut aussi être très dangereuse, comme on l’a vu au 20ème siècle, où les phénomènes de foule ont mené aux pires atrocités (Il y a deux milles ans, le Christ en a aussi été victime).

     

          L’Homme ayant un inconscient, les émotions se font parfois à notre insu, et par exemple une affinité peut naître sans qu’on s’en aperçoive. Et les émotions peuvent naître de façon inattendue, par une intonation, ou un mot qui parle à  votre inconscient  sans que vous l’analysiez.

     

    La peur est une émotion, que les détecteurs de mensonges prétendent mesurer, par exemple en mesurant la sudation du « patient ». Peut-on tromper ce détecteur en cachant ses émotions ?

     

    Une phrase célèbre de Blaise Pascal a été citée :« le cœur a ses raisons que la raison ne connait pas ». Cette dichotomie  entre les émotions d’une part, raisonnements de l’autre a été au centre d’une bonne partie des interventions ; elle va bien dans le sens de la philosophie binaire de Descartes Cependant une qualité a été mise en avant : la curiosité, indispensable au raisonnement scientifique et technique.

     

    Un qualité qui dispenserait du raisonnement : l’intuition. Pour certains elle ne s’explique pas, ou bien elle est reliée au hasard ; pour d’autres elle est liée à l’expérience, qui vous permet de décider rapidement dans une situation apparemment complexe, parce que vous en avez déjà vécue une ou plusieurs similaires. Parfois, l’analyse des données du problème ne donne rien et l’expérience manque ;  il faut alors prendre une décision dans l’instant, comme dans le cas d’un imprévu dans une opération chirurgicale : on décide                alors, mais c’est aléatoire. Cette « intuition » peut aussi venir de raisonnements pendant le sommeil, où le cerveau  continue à travailler sur un sujet qui vous tient à cœur, sans qu’on le lui demande ; peut-elle être parfois imputée au pur hasard ?.

     

     

     

                                                             Détails anatomiques.

     

     

     

            On a parlé de cerveau « néo «  , de cerveau « paléo », de cerveau « triunique »,reptilien pour le boire et le manger, affectif pour émotions et emprise et rationnel, du lobe frontal, lieu du raisonnement détaché des émotions, du bulbe rachidien et du nerf vague. Pour toutes ces notions, consulter par exemple Wikipedia.

     

          Le cerveau aurait plusieurs couches, laquelle prédomine ?

     

          Il a été remarqué que les Grecs situaient le centre des émotions dans le foie, de même que les Chinois de l’antiquité. Ainsi, chez ces derniers on pouvait manger le foie des ennemis vaincus pour se donner ce que nous appelons du courage (mais ce mot  vient du mot cœur).

     

    Enfin, il faut signaler que la science moderne gratifie l’intestin de l’Homme de neurones, les microbiotes.

     

     

     

                                                   Le corps peut-il dominer l’intellect.

     

     

     

          Le texte d’introduction soulignait l’action se l’esprit sur le cœur. Il a aussi été question dans ce débat de l’action du corps sur l’esprit, notamment dans les phénomènes  de  besoins primaires comme manger ou boire, , ou de douleurs, comme la nausée, qui « sature l’esprit » et  court-circuite la raison. Pavlov a été cité à ce propos. La douleur est une information que le corps envoie au cerveau, elle donne priorité au corps sur l’esprit. Le corps ne ment jamais, il nous parle.

     

    L’expérience de l’accouchement a amené une participante à mieux supporter la douleur en lui donnant un sens, c’est un « travail ».

     

     

     

                                                          L’éducation.

     

     

     

    Comme souvent, une place importante a été donnée à l’éducation. Cette dernière est bien le temps où on apprend à maîtriser ses émotions, soit par obéissance, soit en les analysant.

     

    Une bonne éducation devrait vous donner une place élévée dans la pyramide de Maslow. Si les besoins physiques ne sont pas remplis, alors il devient plus difficile de maîtriser ses émotions.

     

     Le texte d’introduction parlait des classes sociales générées par l’Education Nationale, mais ce point a été contesté, et notamment Mai 1968 aurait en quelque sorte supprimé ce problème.

     

    Enfin, bien que le tri des bons élèves soit nécessaire,l’Education Nationale privilègierait trop le travail intellectuel par rapport au travail manuel.

     

    « C.R. personnel du 13 Mars 2021 Ecole et démocratie.Douter, remettre en question serait-il devenu un affront, un abus, un acte complotiste ? »

  • Commentaires

    1
    Pierre M.
    Dimanche 11 Avril à 18:36

    Quelques précisions à propos du CR de la séance

    - Les Chinois ne sont pas des anthropophages : il est vrai qu’un empereur avait coutume –  parait-il – de manger le foie (gān) de ses courageux adversaires, il s’agissait d’un empereur du onzième siècle avant notre ère, Zhou Xin. Mais il était fou et sadique, il fut d’ailleurs le dernier de la dynastie des Shang. Cet exemple avait seulement été donné pour montrer qu’à l’époque le foie était considéré comme le siège du courage : en le dévorant il pensait honorer son adversaire et s’accaparer de ses vertus.

     

    - Hasard et intuition. Dans les déterminants de la création il ne faut pas confondre le hasard et l’intuition du moins dans le monde occidental*. Beaucoup de découvertes sont dues au hasard, à la sérendipité (pénicilline, post-it). Encore faut-il avoir l’esprit disposé à en tirer parti : « le hasard ne favorise que les esprits préparés » (Louis Pasteur). Tout autre processus, bien plus mystérieux en  apparence, est l’intuition. Le mathématicien Jacques Hadamard a montré qu’elle jouait un rôle important dans sa discipline en citant notamment l’exemple d’Henri Poincaré (Essai sur la psychologie de l’invention dans le domaine mathématique, 1959).

     

    * Il y a une spécificité de la pensée chinoise qui de tout temps a su concilier intuition et hasard  (p. ex. dans l’antique tradition du yì jīng). 

     

    - Dernière observation « pour la route » : imagine-t-on Corneille écrivant « Rodrigue as-tu du foie » ?

      • Dimanche 25 Avril à 11:59

        Moi j'imagine très bien Don Diègue disant, pour énerver ce jeunot : "Rodrigue, as-tu les foies ?" Et là le bouillant héros aurait eu une bonne raison de faire la peau au vieux schnoque...L'honneur !!

        Désolé, j'ai pas pu résister ...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :