• C.R. du 24 Mars 2018 Dangers de l'idéologie Version Benoit Delcourt

     

                                Compte-rendu du café débat du 24 Mars 2018 :

     

     

     

                        « Quels sont les dangers de l’idéologie ? »

     

     

     

    Un hommage a été rendu aux victimes de l'attentat de la veille (et tout particulièrement au gendarme héroïque).

     

    Qu’est-ce qu’une idéologie.

     

               Une définition  était donnée dans le texte d’introduction (qui doit rester court) Cependant, il s’est avéré nécessaire de la compléter. L’idéologie est une construction intellectuelle, un système prédéfini d’idées (cf de Stutte, au 18ème siècle), utilisant des axiomes (ou postulats, non démontrés) visant à définir un idéal pour le monde dans lequel nous vivons. Si elle est indémontrable, elle a néanmoins une cohérence et vise un avenir meilleur. Elle est propre à l’Homme, les animaux n’ont pas d’idéologie.

     

    Les idéologies ont souvent les mêmes caractéristiques que les religions chrétienne, juive ou musulmane,  ou même égyptienne : le paradis (chez les communistes la défaite  finale des capitalistes, un monde sans argent) ; l’ennemi ou le salaud (par exemple, pour les nazis, le juif, ou pour les religions le diable, le mal )

     

    Avantages de l’idéologie.

     

    Elle a pour fonction de se préparer à l’avenir, et même de le préparer, ce qui est une nécessité pour l’humanité.

     

    Elle donne le sentiment de résumer sa personnalité, par un mot se terminant par « iste », elle permet d’appartenir à un groupe,  où l’on se tient chaud. Elle peut même soigner  une anxiété existentielle.

     

    Elle organise des rituels, comme les processions, ou les manifestations, où l’on peut se sentir bien.

     

    Dangers.          

     

    L’idéologie amène souvent à une certitude de connaître la vérité (alors que ce n’est qu’un essai de s’en approcher) : cela est une des causes de la guerre.

     

    Elle peut enfermer dans un carcan, dans un dogme.

     

    Dans le cas des juges, c’est une catastrophe (cf le mur des cons !).

     

    Poussée à l’extrême, cela devient une drogue.

     

    Elle peut mener à désigner un bouc émissaire et à lui faire violence

     

    Elle peut servir de tremplin à des hommes sans vergogne  : le Marxisme aurait été utilisé par Lénine, qui au départ vivait en bourgeois, pour assouvir sa soif de pouvoir (voir le livre : « Lénine, l’inventeur du totalitarisme » par Stéphane Courtois, ed. Perrin.).

     

    Connaissant tous ces dangers, il est cependant possible de vivre son idéologie ou sa religion sereinement, et sans violence.

     

    Manque actuel d’idéologies ?

     

     Les politiciens actuels n’auraient aucune idéologie : ils se borneraient à gérer les affaires courantes.

     

    Pour d'autres, au contraire, il y aurait trop d'idéologies, que ce soit dans le domaine politique, économique, ou celles qui mènent à "l'anti France", au racisme sous toutes ses formes et/ou au terrorisme etc. On manquerait plutôt de cohésion nationale et/ou européenne et surtout de volonté, ainsi que d'humanisme, d'humanité et de bon sens.

     

    Un participant trouve que ceux qui ont une idéologie ne vont pas bien : on peut être si tranquille dans son coin des Yvelines ! D’ailleurs, les idéologies ne seraient que sournoises, et aliénantes (sauf l’idéologie du bonheur…).

     

     

     

    Ce qui est une idéologie, ce qui n’en est pas.

     

    Il ne faut pas confondre l’idéologie avec la nécessité de résoudre un problème. Dans ces conditions, le progrès n’est pas une idéologie, c’est un mouvement naturel de l’humanité, tendue vers l’amélioration de ses conditions de vie, même s’il peut paraître parfois discutable (nous rend-il plus heureux ?). De même pour l’écologie, qui n’est plus une option, mais une nécessité, et ses sous-ensembles comme le véganisme ; de même  pour la mondialisation, qui a permis de sortir de la famine bon nombre de nos contemporains, et pour la robotisation.

     

    Une idéologie peut cependant parfois être une  réponse  à un problème réel (par exemple, la crise économique dans l'Allemagne des années trente a favorisé la montée du nazisme).

     

    Il y a des idéologies de droite, et de gauche, mais être à droite ou être à gauche ne signifie pas que l’on suit une idéologie.

     

    Le nationalisme est une idéologie destructrice, en ce qu’elle mène directement à la guerre ; selon une participante, le chauvinisme n’est qu’un "petit péché".

     

    . Si l’anarchie est une idéologie , la xénophobie et le racisme ne seraient  que  des peurs conduisant à la haine.

     

    Les religions sont-elles des idéologies ? On retrouve bien en elles les axiomes à la base, la préoccupation du futur, les « salauds » (Satan, le mal). Cependant, leur construction n’est pas seulement intellectuelle : elle est initiée par la croyance dans une révélation divine. Disons qu’elles ont bien des caractéristiques d’une idéologie.

     

    La laïcité, selon la loi de 1905, n’est pas une idéologie : elle ne combat aucune religion, mais elle organise leur cohabitation dans la paix. Elle ne s’applique qu’aux religions, et non aux idéologies politiques. Cependant, elle peut être prise comme une affirmation de l’athéisme, ce qui peut en faire une idéologie, le laïcisme.

     

    Le scientisme est une idéologie : il consiste à penser que tout est ou sera explicable par la science. Mais la grande majorité des scientifiques ne sont pas scientistes.

     

    Le libéralisme est bien une idéologie ; la théorie du « ruissellement » (enrichir les riches finirait par enrichir aussi les pauvres) en est un avatar.

     

    La tolérance entre idéologies permet de reconnaître dans l’idéologie de son prochain  toute son humanité, si du moins on consent à l’écouter.

     

    Dans l’histoire ancienne, citons comme idéologies : celle des « Lumières », qui a abouti à la constitution américaine et à la Révolution française ; dans les arts, le retour à la Grèce Antique à la Renaissance. Plus récemment, à part le nazisme et le communisme déjà cités  : le modèle social Français (1945).

     

    N’en déplaise à certains, le foot n’est pas une idéologie : il apporte une communion dans les beaux gestes sportifs, accompagnée parfois par des mouvements de foule intempestifs (hooliganisme). Ce ne serait qu’un défoulement.

     

     

     

     

     

    Dans sa conclusion, en réponse à la question "comment lutter contre l'extrémisme ?", Jean-Marc s’est prononcé pour un développement de l'éducation, de l’esprit critique positif, du bon sens et de l’humanisme.

     

    C.R. rédigé par B.Delcourt.

     

     

     

     

     

    « Quels sont les dangers des idéologies ?Peut-on juger sans préjuger? »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :